JOUR 3 – TOKYO – 東京

Notre troisième journée au Japon est la seule que nous n’avions pas préparée. Nous décidons donc de partir vers un endroit qui nous a toujours plu : Harajuku et le sanctuaire Meiji.

Arrivés sur place, nous décidons de nous séparer, l’un préférant aller tourner dans le sanctuaire tandis que l’autre est attirée comme une mouche par les boutiques de la Takeshita Dori et sa nouvelle porte d’entrée.

C’est à ce moment que les emmerdes vont commencer.

Tout d’abord, nous perdons une carte SUICA avec la recharge qu’elle contenait.

Ensuite, le jet lag se fait finalement sentir mais d’une drôle de façon : RAZ LE BOL de porter plusieurs kilos de matériel photo.

Retour donc l’hôtel pour tout poser et ne conserver qu’un compact.

Avant cela quelques photos de jeunes enfants en kimono ont pu être faites, bien que le festival du 7-5-3 (Shichi – Go – San) doive se dérouler une semaine plus tard.

Mais dans la bataille, l’auto-focus de l’un de nos objectifs (et pas le plus petit) nous lâche….et il reste juste 16 jours de voyage…

Un peu verts, nous limitons notre bain de foule d’Harajuku à quelques emplettes avant de repartir sur Ameya yokocho. En effet, le jour précédant, nous avions fait du repérage dans les différentes boutiques pour les souvenirs.

C’est là que nous perdons notre guide du Japon (le Lonely Planet) que nous avions soigneusement annoté avant le départ…..la série continue.

Mais pas le temps de le chercher car nous devons rejoindre Yoko, une amie japonaise qui nous a donné rendez-vous à Ôtsuka, au nord de Tokyo.

Avec elle, nous allons dans un cat shelter ( à ne pas confondre avec un cat café). Ici, pas d’ambiance cosy pour siroter un thé en caressant des minous tous plus kawaï les uns que les autres. Le cat shelter est un refuge dont la vocation première est l’adoption. L’endroit est très étrange : il est composé de quatre pièces dans lesquelles un ou deux chats circulent en liberté alors que tous les autres sont en cage. On nous explique que les susceptibilités ne sont pas faciles à gérer, d’autant plus qu’il s’agit uniquement de chats rescapés, donc peu habitués à leurs congénères.

Cela n’empêche pas quelques couples de japonais de passer devant nous un espèce « d’entretien d’adoption ».

Il est déjà temps de dîner et nous nous en remettons à notre amie pour le restaurant. Avoir avec soi un japonais est un atout déterminant pour entrer là ou beaucoup d’étrangers passeraient devant une façade sans savoir qu’il y a un restaurant derrière.

Le choix se porte sur un yakitori où les brochettes arrivent non-stop, accompagnées de bière bien fraîche. :9

A cette occasion, Yoko nous remet notre précieux sésame : la traduction de notre permis de conduire lequel nous permettra de louer une voiture plus tard. Mais nous en reparlerons le temps venu.

Nous repartons à l’hôtel ou nous arrivons à régler notre problème de guide perdu : Lonely Planet a non seulement la très bonne idée de proposer ses guides au format numérique en ligne mais on peut choisir exactement les chapitres qui nous intéressent et laisser ceux concernant les endroits ou nous n’irons pas. Il ne reste plus qu’à charger les PDF dans les téléphones et nous serons prêts pour la suite des opérations !!

Photos HD : https://www.flickr.com/photos/61714042@N08/sets/72157650229415717/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s