JOUR 8 – KANAZAWA – 金沢市

La journée précédente ayant été courte et sans grand intérêt, notre programme s’en trouve chamboulé : nous devons arpenter plusieurs quartiers assez éloignés les uns des autres.

Heureusement, Kanazawa dispose d’un réseau de bus assez performant et le tourisme est assez développé : on arrive à s’en tirer sans trop parler japonais.

La météo commence par nous troller : nous nous levons par un grand soleil mais en à peine 15 minutes de marche, la pluie revient.

Heureusement, notre premier point de chute est couvert : le marché d’Ômichô.

Nous adorons arpenter ce genre d’endroits qui permet d’apprécier la vie locale.

Kanazawa est réputée pour la qualité de ses poissons (et aussi de ses sushi-ya) et c’est donc sans surprise que la majorité des étals sont consacrés à la mer.

Pour le reste, on trouve des maraîchers et des marchands de fleurs.

Il est donc possible, comme ailleurs, de profiter de la fraicheur des produits pour démarrer la journée par un plateau de sushi.

Nous choisissons plutôt une brochette d’anguille grillée et un gobelet de fruits frais.

Il pleut toujours lorsque nous sortons du marché, ce qui nous contraint à l’achat d’un parapluie.

Pour info, on en trouve dans tous les combini, ça coute 500 ¥ maxi et ils sont d’assez bonne facture et intégralement transparents.

Lorsque vous entrez dans un commerce, vous le laissez à l’entrée dans un réceptacle approprié ou alors un sachet est mis à votre disposition pour le mettre dedans et éviter de mouiller partout. (Malin – civique – japonais)

Nous arrivons dans le quartier des anciennes maisons de ninja à Nagamachi et enfin le soleil se montre !

Il s’agit d’un dédale de ruelles tranquilles et parfaitement entretenues.

Nous faisons halte à la résidence des samouraïs de la famille Nomura pour admirer le jardin et prendre un thé vert à l’étage.

Puis direction le magasin de fabrication de yuzen, sur 2 étages. Cet endroit ne parlera qu’à ceux qui sont bien ancrés dans le Japon traditionnel car il est expliqué comment cette forme de teinture est appliquée pour fabriquer les kimonos.

Autant dire qu’il n’y a pas foule dans le coin, les seuls que nous ayons croisés étant un couple de…….canadiens d’un certain âge.

Avant de sortir du quartier Ninja, nous faisons halte dans une petite maison ancienne qui ne paye pas de mine : nous avons repéré quelques gâteaux wagashi de l’extérieur. Il s’agit d’un petit restaurant tenu par un mamie japonaise qui s’empresse de nous servir des menus à base d’onigiri et d’oden. C’est loin d’être de la grande cuisine mais encore une fois, c’est cette immersion totale dans le Japon que nous recherchons.

Nous traversons la rivière pour le rejoindre le quartier Teramachi, le quartier des temples.

En effet, il y a une enfilade assez importante mais au bout de quelques uns, on se lasse vite, surtout qu’ils n’ont pas de charme particulier.

Du coup, un peu pressés par le temps, nous loupons le temple Myoryuji qui est décrit comme un temple ninja puisqu’il est équipé de nombreux mécanismes et autre portes dérobées.

Nous sautons dans le bus pour le dernier site de la journée : Higashi Chaya, le quartier des geishas.

L’endroit attire beaucoup de touristes mais le jour commence à tomber et donne une atmosphère particulière à l’endroit.

Ici, c’est évidemment les maisons de thés (Ochaya), vieilles de 180 ans, qui valent le détour car c’est là qu’officiaient les geishas.

Nous en visitons deux (Shima et Kaikaro), dans lesquelles nous suivons un circuit balisé pour admirer les divers objets traditionnels exposés.

Rappelons que Kanazawa est d’abord renommée pour son artisanat et sa laque.

CONCLUSION de KANAZAWA : Malgré la météo pourrie et quelques sites à notre avis surcotés, c’est une jolie ville qui vaut vraiment le détour. Les différents quartiers dignes d’intérêt forment une boucle que l’on peut parcourir grâce au Kanazawa Bus Loop. Ici, pas de foule étouffante et le touriste trouvera toute la documentation nécessaire pour les visites. Comme souvent, le quartier de la gare est sur-developpé mais très pratique (une ville dans la ville) et il se trouve à un 20aine de minute de marche de l’artère principale et ses traditionnelles galeries marchandes couvertes. Niveau souvenirs, l’artisanat de Kanazawa est très beau (si on aime le style ancien) mais devrait logiquement rester dans les vitrines des boutiques, sauf si gros budget.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s