JOUR 11 – OKAYAMA 岡山市 – KURASHIKI – 倉敷市

Avant de changer d’île, nous voulions passer une journée de transition à Okayama, connue pour son château et son jardin Koraku-en, un des trois plus beaux de Japon (qu’ils disent là-bas).

Finalement, ce jour unique dans la cité de Momotaro a été un véritable casse-tête à organiser et nous  sommes tombés sur le SEUL VRAI OS du voyage qui nous a empêché de faire ce qu’on voulait.

Explications.

A la base, dans la volonté de vouloir remplir au maximum l’emploi du temps, nous voulions couper la journée en 3 : Okayama le matin, Kurashiki en début d’après-midi et le Seto-Ô-Hashi (un gigantesque pont reliant Honshu à Shikoku et qui prend appui sur des iles intermédiaires) en fin de journée .

Si Okayama et Kurashiki sont reliés par la voie ferrée, il n’en est tout autrement du Seto-Ô-Hashi car nous voulions gravir la colline proche (Washuzan- Hill) afin d’avoir cette vue : http://www.kurashiki-tabi.jp/wp-content/uploads/2011/06/ce0a663b91d835951c1504b4b8bb1658.jpg, à la nuit tombée.

Pour atteindre cette fucki…fameuse colline, le train nous emmenait au mieux à plusieurs kilomètres de marche. Il aurait fallu trouver un taxi qui nous amène, nous laisse le temps de gravir et flâner et nous ramène, ce qui n’aurait pas été bon du tout du tout du tout pour les finances.

Nous avons donc envoyé des mails à tour de bras aux offices de tourisme, nous avons sollicité nos amis japonais qui nous ont fourni des horaires de bus tout en japonais, avec des spécificités à respecter pour ne pas se retrouver loin du but.

Bref, le plan galère que nous avons dû abandonner car la journée ne permettait aucun écart, ni perte de temps.

Le Seto-Ô-Hashi, de toute façon, on se consolera le lendemain quand on prendra le train, mais c’est pour le prochain billet.

Nous partons donc de Kyôto, non sans avoir galérer pour remplir le Takkyubin avec nos hôtes. Nous pensions que leur fournir le nom de l’hôtel de destination suffirait, ben non, on dirait qu’ils ont jamais vu ce formulaire de leur vie…..bref, au Japon, rien d’impossible, ça prend juste du temps…

Nous sautons dans un Shinkansen non réservé vide (alors que les wagons réservés étaient full) pour arriver peu de temps après à Okayama.

Nous posons nos valises au très bon Mitsui Garden Okayama pour filer direct au combo Château / Koraku-en.

Alors du château, il ne reste que le Donjon, certes joli et parfaitement réhabilité. A l’intérieur, de très beaux objets artisanaux et nous cédons à l’attraction touristique locale : enfiler des kimonos de l’époque féodale.

Puis, nous traversons un pont suspendu qui nous amène au fameux Koraku-en (prenez un billet groupé pour payer moins cher).

Là encore, comme pour Kanazawa, nous sommes moyennement emballés. Il y a des grandes étendues de pelouses jaunies, peu d’érables et des perspectives dures à appréhender. En plus, le ciel devient de plus en plus menaçant. Heureusement, il y a quand même des belles carpes, des mariés venus faire des photos et l’on peut s’y reposer pour faire un break.

Nous partons pour Kurashiki en Tramway + train.

Nous nous jetons sur la spécialité locale, le Bukkake Udon , un bol de nouilles à arroser, qu’il est très très bon (le bukkake udon). Voici le Resto, à l’entrée de la galerie commerciale : http://static.panoramio.com/photos/large/55748797.jpg

Puis, nous entamons notre marche vers le quartier Historique de Bikan.

En chemin, nous gravissons les marches d’un temple nous donnant une vue panoramique sur la ville. Nous redescendons par les petites ruelles typiques et nous faisons une halte au musée de Yumiko Igarashi (pour ceux qui connaissent pas, c’est la mangaka de Goergie, Candy Candy, etc..)

Nous terminons donc sur le quartier du canal, qui est composé notamment d’anciens entrepôts de riz et qui confèrent au lieu une atmosphère particulière.

Libérés du brainstorming Seto-Ô-Hashi, nous restons jusqu’à la nuit tombée pour prendre des photos en longue pause.

A noter que cette journée nous aura montré le meilleur et le pire de l’accueil au japon.

Le matin, alors que nous achetons un modeste bol à thé pour 800 ¥, nous sommes traités comme des rois, à base de « O-kyaku sama » à tout va. Le soir, en revanche, en visitant les nombreuses boutiques de souvenirs de Bikan, l’accueil est froid, voire inexistant. Aucun « Irrashamasse », aucune proposition, nous sommes transparents, voire dérangeants pour les locaux…

Peu importe, nous revenons à notre hôtel pour profiter du bain et nous préparer psychologiquement…………car demain, nous conduirons au Japon !! 😀

Publicités

Une réflexion sur “JOUR 11 – OKAYAMA 岡山市 – KURASHIKI – 倉敷市

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s