JOUR 17 – KUMAMOTO 熊本市 – FUKUOKA 福岡市

L’écriture de ce billet est un peu particulière puisqu’elle coïncide avec le tremblement de terre récent dont l’ile de Kyushu a été la victime et plus précisément la région de Kumamoto.

Après notre périple dans l’intérieur de l’ile, qui nous a amené de Kurokawa Onsen à Takachiho, nous nous réveillons à Kumamoto.

L’hôtel que nous avons sélectionné est le Dormy Inn Kumamoto http://www.japanican.com/en/hotel/detail/8306095 et c’est une très bonne surprise. Non seulement, il est à distance très raisonnable de la galerie marchande et du château, principale attraction de la ville, mais à l’inverse de beaucoup d’hôtels japonais propres mais assez vieillots, celui-ci est résolument moderne.

Nous le recommandons donc chaudement pour une escale dans la ville.

A l’inverse de l’intégralité du voyage, le contenu de cette journée a été décidé au dernier moment. A ce stade, il nous reste que peu de jours pour boucler le périple et nous devons faire un choix : soit passer la journée à Kumamoto, soit à Fukuoka. Cette dernière n’a pas une réputation exceptionnelle dans les guides mais nous décidons finalement de couper la poire en deux. Et il faut prendre un paramètre important en compte : ce soir, nous devons dormir à Osaka, à 3h30 minimum de Shinkansen.

Nous empruntons donc la galerie marchande qui est totalement déserte le matin (tout ou presque s’anime seulement en fin de journée) pour aller au château.

_DSC7436C’est pour nous l’un des plus beaux du Japon et les images récentes qui montrent des affaissements  de remparts et une large partie de la toiture qui a glissé au sol (visiblement, un système de délestage prévu par les ingénieurs) font mal au cœur.

Il existe plusieurs entrées pour accéder aux différents bâtiments et nous allons visiter la tour principale qui se décline sur 6 étages pour finir par un panorama sur la ville et les environs.

Il existe également une annexe toute neuve dans laquelle sont exposés de nombreux objets traditionnels de l’époque féodale.

En cette journée de fin novembre, il fait 25°c à Kumamoto, les oiseaux chantent, les enfants jouent et………………l’appareil photo choisi ( ?) de faire un second vol plané sur le sol (quitte à dépenser une fortune chez Nikon pour le faire contrôler au retour en France, autant que ce ne soit pas pour rien).

Nous nous échappons dans les jardins du château qui s’avèrent assez vastes et dans lesquels on peut croiser à cette époque de l’année des énormes ginkgos ayant revêtu leur habits de lumière d’un jaune flamboyant.

_DSC7603Au nord, nous allons visiter la Hosokawa Gyobutei qui est une ancienne maison de samouraï parfaitement préservée. Il y a de nombreuses pièces à découvrir, avec de jolis points de vue et des jardins avec des érables au top de leur forme.

On a un peu de mal à se croire en automne tellement il fait bon.

Alors que le temps file, nous revenons vers le château ou a été aménagé un tourist center dans lequel on trouve souvenirs et de quoi grignoter rapidement.

Nous revenons vers notre hôtel pour embarquer les bagages et nous ne résistons pas à l’envie de prendre un taxi « Starsky et Hutch » comme nous nous sommes amusés à les appeler : la raison provient du fait que beaucoup de leurs voitures sont rouges et blanches avec une très vague ressemblance avec les couleurs de la Gran Torino culte de la série des années 70.

En plus, nous tombons sur un chauffeur super sympa avec qui nous rigolons jusqu’à la gare.

Nous sautons dans un Shinkansen et nous arrivons à peine 30 minutes plus tard à Fukuoka.

N’ayant pas pu préparer à fond quoi voir sur place et étant donné qu’il est déjà 16h30, nous prenons un bus pour la Fukuoka Tower qui promet un joli panorama.

Et nous ne sommes pas déçus, nous assistons au coucher de soleil sur la baie avant d’entamer 25 minutes de marche pour rattraper la station de métro la plus proche, non sans nous être retournés pour voir la tour s’illuminer tel un sapin aux couleurs de Noël (et oui, déjà).

_DSC7875

La dernière chose que nous voulons faire sur place avant de quitter Kyushu et de tester les Yatai, ces roulottes ambulantes très réputées de la ville qui s’installent le soir venu et proposent une nourriture populaire à déguster en toute convivialité.

Nous arrivons dans le quartier de Nakasu alors que la foule n’est pas encore trop importante et nous trouvons assez rapidement un stand à notre convenance.

_DSC8017

Hélas, il semblerait que l’endroit devienne très touristique et les prix ne semblent pas vraiment en rapport avec le menu qui devrait être bon marché.

Après avoir testé LE fameux ramen de Fukuoka, ainsi que des brochettes, nous repartons à pied vers la gare.

Du moins, c’est ce que nous pensions faire.

En sortant de notre cahute, Monsieur se fait happer par 5 japonais complétement torchés dont la façon de parler et de se comporter fait tout de suite conclure à des Yakuzas. D’ailleurs, les lascars ne s’en cachent pas et entreprennent de vouloir payer une nuit entière de boisson + des bars à filles. Il faut savoir que dire que vous êtes français au Japon peut aboutir à l’admiration mais aussi à des locaux qui ne veulent plus vous lâcher la grappe………alors si en plus, ils sont fortement alcoolisés, on tombe dans le hardcore level du morpion.

Et rien n’y fait : ni le fait de dire que l’argent fait défaut pour aller se souler (ils promettent de TOUT payer), ni le fait de faire semblant de ne comprendre pas un mot de Japonais (ils essayent de sortir trois pauvres mots d’anglais), ni même l’intervention de Madame qui faisait un tour plus loin (« Ah ? T’es pas célibataire, t’as une nana, ben spa grave, on va picoler avec des hôtesses quand même hein tous ensemble »).

Le temps file…………………c’est qu’ils vont réussir nous faire louper notre dernier Shinkansen pour Osaka, ces cons la….

Finalement, par miracle, à force de répéter les choses (et de plus en plus fermement), il y en a un de la bande qui lâche l’affaire et arrive à embarquer toute la clique avec lui…..OUF !!! Mais c’est la première fois de sa vie que Monsieur expérimente une poignée de mains de plus de 20 minutes ; il en était à se dire qu’il fallait se trancher le poignet pour s’en défaire..X’D

Du coup, c’est ventre à terre que nous filons à la gare, laquelle est joliment illuminée des décorations de Noël.

Nous arrivons très tard à Osaka, notre dernier camp de base avant le retour à Paris. Malgré que nous ayons sélectionné un hôtel près de la gare, le quartier étant très vaste, nous mettons un certain temps à le trouver. Et pour le coup, alors qu’il affichait pas mal de promesses, nous ne vous recommanderons pas cet hébergement. Plus de détails au prochain épisode.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s